Traversée VTT des Monts d'Ardèche (étape 3)
>>
Accueil
>
VTT
>
Traversée VTT des Monts d'Ardèche (étape 3)
SAGNES-ET-GOUDOULET

Traversée VTT des Monts d'Ardèche (étape 3)

Art contemporain
Géologie
Sommet et points de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Une très belle étape alternant landes, forêts et ponts de vues remarquables sur le massif des 5 Sucs et les vallées cévenoles et boutiérotes.
Etape avec une difficulté moyenne, quelques petits passages techniques et une alternance de montées et de descentes permettant une bonne gestion de l'effort et une variété paysagère et de voies.

Les 3 patrimoines à découvrir

  • Mire Partage des Eaux

    Les Mires - Pra Pouzol

    Lorsqu’elle se déploie à l’horizon, s’éloignant sur plusieurs plans qui se succèdent et où se mêlent sucs et massifs montagneux, la ligne de partage des eaux n’est lisible que par les géographes. Parce qu’elle donne à voir et à être vue, Gilles Clément assisté de l’atelier de paysage IL Y A, a imaginé un dispositif de perception jouant sur l’optique.

    Implantées sur six sites en belvédère, lieux choisis pour le point de vue unique et original qu’ils offrent, ses Mires proposent une immersion originale dans le paysage et permettent de mieux appréhender le rôle de la ligne dans la formation du celui-ci.

    Inspiré des techniques de relevé des géomètres, l’outil est conçu comme une transposition poétique des instruments de mesures aussi bien qu’un détournement de la table d’orientation classique.Il se compose d’une échelle de visée, surmontée d’un cadre à hauteur du regard, et d’un ensemble de mires d’une hauteur moyenne de 7 mètres, dont les pointeurs colorés au sommet pointent le passage de la ligne. Travaillés en bois de châtaignier brut, ces éléments assument une présence propre qui fait signe dans le paysage, tout en étant intimement liés à leur contexte.

    Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.
  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique (copy)

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !
  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !

Description

  1. A Sagnes-et-Goudoulet, une fois arrivé à la stèle du Fin Gras du Mézenc, prendre la route à gauche qui remonte sur 300m puis descendre le chemin enherbé à votre droite (au petit sapin). Franchir un petit ruisseau puis le chemin de terre s’élève en face pour devenir caillouteux et raide sur quelques dizaines de mètres jusqu’à atteindre une prairie. Traverser la prairie, vous retrouverez le chemin de l’autre côté, en atteignant un bois de hêtres.
  2. Après environ 1km en sous bois, le chemin traverse ensuite une lande. Suivre le panneau de randonnée indiquant « Rieutord ». Après avoir croisé un premier chemin, vous arriverez à une bifurcation, prendre le chemin qui rejoins un petit tertre avec des cailloux à droite (Pra Pouzol).
  3. Un dispositif de mires vous y attend avec vue sur les sommets des 5 Sucs. Puis redescendez jusqu’à la route (barrière pour bétail à ouvrir – ne pas oublier de la refermer !).
  4. Empruntez-la, à gauche sur 400m. Une fois atteint la bifurcation de la route (petit bâtiment à l’intersection), suivez le chemin enherbé qui monte en face, pour atteindre à nouveau une petite route
  5. Suivez la sur 200m jusqu’à un chemin qui part sur votre gauche en dessous d’une lisière forestière de hêtres, entre deux talus. Après environ 500m, le chemin se divise en deux, prendre celui de gauche.
  6. Au bout d’ 1km, il se sépare encore en deux, prendre alors à droite. Rester sur cette voie de droite et traversez la forêt de conifères pendant 1km jusqu’à une piste caillouteuse qui descend – suivre la piste principale jusqu’à une route et un pont (lieu-dit « Prat sauvage »). Suivez la route sur quelques mètres et
  7. prendre le petit chemin à gauche, traversez à nouveau la route pour prendre un chemin qui s’abaisse dans la forêt en face. Après 850m, le chemin emprunte un lit temporaire de ruisseau sur 50m en montée. Attention montée très difficile ! : il est quasi-obligatoire de pousser le vélo dans la montée jusqu’à la route du fait du ravinement.
  8. L’itinéraire traverse la route et emprunte un chemin de l’autre côté, qui descend sur quelques centaines de mètres dans la forêt pour devenir plat et sablonneux sur plus de 700m.
  9. Au débouché du chemin sur une petite route, empruntez le chemin enherbé plat en face de vous qui traverse la Vestide du Pal. Après 500m, le chemin tourne à droite et remonte très fortement sur plus de 100m au milieu des roches volcaniques. Vous atteignez lors un chemin, prenez le à gauche, il remonte mais moins fortement.
  10. Une fois le sommet atteint, vous redescendrez le long du Lac Ferrand (sur votre droite), qui est en propriété privé (il est interdit de s’y baigner). Le chemin continue tout droit par une belle piste, sous le couvert forestier, jusqu’à une route au bout de 2,25km.
  11. Traverser la route pour suivre la petite route en face qui atteint un bâtiment agricole, suivre la route qui se transforme en piste sablonneuse très roulante.
  12. Après 1,5km, la piste se divise, prendre celle qui monte à droite. Au bout de 2km, après une descente jusqu’à un milieu ouvert, remonter légèrement.
  13. Prendre une piste enherbée à gauche qui descend assez fortement (mais sans difficulté technique) entre de jeunes sapins. Vous rencontrez une maison isolée sur votre droite, poursuivre le chemin à gauche qui descend vers le village de Saint-Cirgues-en-montagne que vous apercevrez succinctement d’en haut. La piste rejoint alors un bâtiment moderne que vous longez jusqu’à rejoindre une petite route qui descend fortement sur la gauche jusqu’à la route Saint-Cirgues -> Lac issarlès, en face du camping. Descendre au village par la route.
  14. Vous atteignez un pont (en face de l’hôtel restaurant) sans le traverser. Prendre la rampe qui descend jusqu’au pied du pont pour rejoindre un sentier enherbé qui longe la rivière pour remonter sur la route. La suivre sur environ 40m et au panneau « Mazan 4 km », prendre le sentier sur votre gauche qui rejoint la rivière.
  15. Passer sur un petit pont et montez dans la colline, sur un chemin assez pentu mais régulier – l’ascension est constante sur près de 2,5km. Arrivé à une piste de taille assez importante, la suivre à droite en direction de la réserve d’eau (distance 0,5km).
  16. Une fois à la réserve, suivez la piste qui s’élève en face pour basculer sur l’autre versant pendant 500m jusqu’à atteindre une route.
  17. Emprunter la route à gauche pour descendre jusqu’au village de Mazan l’Abbaye, et les ruines de sa superbe abbaye.
  • Départ : Sagnes et Goudoulet
  • Communes traversées : SAGNES-ET-GOUDOULET, BURZET, MONTPEZAT-SOUS-BAUZON, LE ROUX, SAINT-CIRGUES-EN-MONTAGNE et MAZAN-L'ABBAYE

Profil altimétrique


Recommandations

VTT
Purement chemins impraticables sans VTT (pas de distance minimale ou maximale)

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking de Sagnes-et-Goudoulet, à proximité de l'église

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
49